Aujourd’hui, nous entendons de plus en plus parler de la permaculture, mais lorsque l’on demande à quelqu’un de nous expliquer ce que c’est concrètement en nous donnant une définition simple de la permaculture, pas tous n’y parviennent.

C’est pourquoi je trouvais important d’y répondre ici au travers de cet article. Vous pourrez ainsi donnez facilement une définition autour de vous.


 

Définition de la permaculture

La version courte pour définir la permaculture serait de dire, que :

c’est une science qui vise à concevoir (“designer”) des systèmes soutenables¹.

Elle permet de réaliser des systèmes soutenables/régénératifs répondant à nos désirs et besoins grâce à 3 piliers principaux qui sont :

  1. Les éthiques (3)
  2. Les principes (+30)
  3. Les modèles (2)

¹De l’anglais : sustainables, permanent. En français = soutenables, durable, pérenne et régénératif.
Ces mots sont à l’origine du nom “permaculture”, venant de la contraction des mots anglais : “permanent et agriculture”.
En français, cela se traduirait par : agriculture permanente ou encore culture de la permanence.

En cliquant ici, vous pourrez découvrir mon article sur l’origine et les buts de la permaculture, cela vous permettra d’en apprendre d’avantage.

C’est en quelque sorte une science de la solution.

 Pour aller plus loin dans la définition, nous pouvons dire que la permaculture est :

un art, une éthique, une philosophie, une science et une méthode pour designer² des (éco) systèmes soutenable, efficace et résilient, en s’appuyant sur ses 3 piliers principaux.

²Designer : viens du mot anglais : “design”.
Ne signifiant pas une façon de décorer ou de rendre esthétique une chose.
Mais c’est un art de concevoir, d’aménager, de planifier et d’organiser un système afin qu’il soit soutenable voir mieux = régénératif.

 

Un système soutenable est un système à la fois efficace et éthique.

Quand on parle d’un système soutenable (durable), c’est qu’il ne consomme pas plus qu’il ne produit (sans compter l’énergie du soleil), il doit être excédentaire et donc régénératif.

Un système est soutenable quand il ne consomme pas les ressources des générations futures.
Ce qui n’est pas le cas de l’agriculture industrielle aujourd’hui, car elle consomme en moyenne 15 kcal pour en fournir qu’une seule. Cela est dû à sa dépendance technologique, énergétique et chimique.

La permaculture utilise la gratuité et la puissance des forces et des processus spontanés autorégulateurs et régénératifs des systèmes naturels.


La vision permaculturelle est holistique (globale) et non analytique.

Attention de ne pas confondre !

 La permaculture n’est pas une technique (agricole). Cette idée revient souvent dans les pays francophones, dus à un manque de sens profond lors de la traduction anglaise.
On met en application un “design”, des principes ou/et les éthiques de la permaculture sur notre terrain et non pas une technique. La permaculture prend en compte différents facteurs tel que l’altitude, le climat, l’orientation, l’exposition au soleil, aux vents ainsi que de nos envies et besoins afin d’utiliser ou créer des techniques adaptées au système.
Elle n’essaye pas d’appliquer des techniques toutes faites au système.

Nous ne devons donc pas essayer d’appliquer une technique sur notre terrain, mais analyser notre terrain pour trouver les techniques adéquates. Cela est possible grâce à une observation prolongée et réfléchie, plutôt qu’à un travail continu et irréfléchi.
Il est plus simple de modifier un plan d’action que de modifier un travail fini.

En définitive, la permaculture est donc une science qui permet d’utiliser diverses techniques adaptées au système et non une simple technique inappropriée.


Pour mieux comprendre, prenons l’exemple de Bruno…

Bruno Dujardin, 32 ans, vient de se trouver un magnifique terrain non loin de Toulouse avec sa femme et ses 2 enfants.

Il s’est tout d’abord intéressé à la permaculture suite au visionnage du film “Demain” réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent, suivi de “L’éveil de la permaculture” d’Adrien Bellay. Il a ensuite décidé de faire une formation certifiée en permaculture (un PDC), pour apprendre concrètement comment cela fonctionne.
Suite à cela, il a fait appel à des permaculteurs expérimentés ainsi qu’à ses connaissances et sa créativité pour “designer” son lieu de vie.

Grâce à tous cela, Bruno a pu concevoir un lieu qui soit respectueux de son environnement en ne rejetant ni déchet ni pollution, tout en produisant plus d’aliments et d’énergie qu’il n’en consomme.
Le système qu’il a designé est soutenable, car il ne consomme pas les ressources des générations futures. C’est donc un système productif, efficace et éthique.

Comment a-t-il réussi cela ?

Quelques exemples de ce qu’il a réussi à mettre en place dans son système :

Tout d’abord, avec la récupération d’eau pluviale et d’un puits, il est autonome en eau.
Deuxièmement, il produit lui-même son énergie grâce la force de la rivière passant sur son terrain, au vent et au soleil.
De plus, grâce à la bonne conception et orientation de sa maison, il évite au maximum le gaspillage énergétique que ce soit au niveau de l’éclairage, de la climatisation ou du chauffage (pour n’en citer que quelques-uns).
Il évite donc l’utilisation de mazout, d’électricité ou même de gaz.
Bruno utilise également des toilettes sèches. Les bénéfices qu’il en ressort sont multiples : il évite de gaspiller de l’eau potable ainsi que de la polluer avec ses excréments, et cela lui permet aussi de lui fournir un super compost pour le jardin.

Il a une serre qui bénéficie de la chaleur du poulailler, lui permettant de rallonger grandement sa période de production. Ainsi qu’un jardin-forêt lui amenant la majeur partie de ses aliments avec un minimum d’énergie dépensé.
De plus, il a fait installer un système de phyto-épuration pour le traitement des eaux grises.

Par ailleurs, la mise en pratique de la Permaculture Humaine lui a permis d’obtenir des meilleurs relation avec sa famille, ces amis ainsi que ses voisins. Il a conçu un groupe d’échange, permettant de troquer les aliments et autres besoins le plus localement possible.

Et pour finir, il a pu gagner en santé grâce au fait d’avoir des relations plus saine, moins de stress et une alimentation de qualité, sans pesticide et locale.

permaculture définition

Ceci était un exemple fictif d’éléments que l’on peut mettre en place dans son système avec la permaculture.
N’oubliez pas, la permaculture met en place son système de conception en puisant au travers de multiples techniques. Cela nous permet de créer des systèmes soutenables, selon des désirs et des besoins unique 🙂 .


Voilà les semeurs cueilleurs, j’espère avoir pu vous aider grâce à cet article. Je vous laisse avec cette interview d’Eric Escoffier.

Ce dernier vous apportera un bon complément de cet article sur la définition de la permaculture, que je viens de partager avec vous.

N’hésitez pas à laisser des commentaires.

A tout bientôt 🙂

sources :

  1. Livre de Bill Mollison, “Introduction à la permaculture”
  2. Livre de Bernard Alonso et Cécile Guiochon “Permaculture humaine”
  3. Formation de permaculture et systèmes régénératifs avec Eric Escoffier
  4. Définition issu du site de Eric Escoffier permaculture-sans-frontieres
  5. Bill Mollison et Geoff Lawton : permaculture.org.au/what-is-permaculture
  6. David Holmgren : holmgren.com.au (section “About Permaculture”) et permacultureprinciples.com
  7. Robyn Francis : permaculture.com.au/online/faqs/what-is-permaculture
  8. Rosemary Morrow : bluemountainspermacultureinstitute.com.au (section “About us”) et sa vidéo “Qu’est-ce que la permaculture ?” (9 min 45)
  9. Une petite histoire de la permaculture : pacific-edge.info/a-short-and-incomplete-history-of-permaculture
Permaculture définition
Partager l'article :
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
    2
    Partages
  •   
  • 2
  •  
  •  
  •  
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.